À la fin de l’automne, les interventions phytosanitaires su les plantes ornementales se réduisent au minimum, en parallèle aux cycles biologiques des micro-organismes pathogènes (agents biologiques responsables de l’apparition de la condition de maladie des plantes), aussi bien en ce qui concerne les insectes que les champignons.

Pendant cette période, en revanche, il est nécessaire de faire plus attention à l’évolution des températures, en programmant une stratégie rationnelle de prévention des dommages causés par les gelées.

Le stress dû au froid perçu par la plante ornementale, qu’elle soit cultivée en pot ou en pleine terre, est surtout provoqué par deux types de gelées :

       Due à la radiation – provoquée par la perte de chaleur du terrain pendant les nuits sereines, à basse humidité et basse présence de vent. Dans ces conditions, l’air chaud, plus léger, a tendance à se déplacer à différents mètres du niveau du sol, en laissant de l’espace à une couche d’air froid

       Due à l’advection (en météorologie, transport horizontal, par l’intermédiaire du vent, de certaines propriétés de l’atmosphère (chaleur, vapeur, quantité de mouvement, etc.). – provoquée par des gros déplacements d’air froid, provenant en général des quadrants septentrionaux, au cours des perturbations.  

Les dommages provoqués par les gelées sont causés par la fuite de l’eau cellulaire qui, lors de la baisse de la température, se solidifie en endommageant aussi bien les cellules que des tissus végétaux entiers.

Après le dégel, les tissus verts touchés apparaissent comme vidés et vont à l’encontre de la dessiccation.

Les symptômes des dommages dus au gel sont visibles sur les différents organes de la plante et peuvent apparaître de différentes façons :

·         Rougeurs et brunissements des feuilles, en particulier celles situées dans la partie apicale des jeunes branches.

·         En cas de grandes gelées, les dessiccations peuvent impliquer des branches entières, causant des brunissements répandus sur la cime.

·         Les bourgeons sont protégés par les pérules (feuilles transformées de façon à fournir une protection aux bourgeons des plantes), mais pendant le printemps ou si placées sur les branches pas très ligneuses, elles peuvent s’endommager, arrivant même à se détacher de la plante.

·         Sur la tige vous pourrez constater des gonflements de l’écorce qui peuvent déboucher en crevasses ou « pelages ».

Que faire pour protéger la santé et la beauté de la plante ?

Dans la pépinière, la plante, recevant les fertilisations et les irrigations nécessaires, a tendance à beaucoup pousser et pendant plus longtemps par rapport aux conditions naturelles, devenant plus sensible aux symptômes décrits ci-dessus. Cela rend certaines interventions nécessaires, visant au renforcement ou mieux au durcissement des tissus végétaux, telles que :

·         Traitements à base de cuivre. Normalement conçus comme interventions anticryptogamiques, ils ont parallèlement un effet phytotoxique. En réponse au traitement, la plante a tendance à arrêter sa propre croissance et à lignifier les tissus ; devenant concrètement plus résistante aux gelées.

·         Adopter les bonnes fertilisations. Dans les pépinières utilisant l’irrigation fertilisante, il est nécessaire d’adopter les bonnes solutions nutritionnelles en fonction de l’évolution saisonnière. À la fin du printemps/début de l’été, on utilise des solutions riches en azote, favorisant la croissance des plantes. Au contraire, à l’approche de l’automne, il faut réduire la concentration d’azote et récompenser le potassium, afin de mener à la plante au durcissement.

·         En cas de prévisions de fortes gelées subites, il est recommandé d’intervenir avec des produits anti-transpirants spécifiques, limitant les échanges gazeux entre la plante et l’environnement, en réduisant le risque de gel de l’eau présente dans les tissus végétaux.

En considérant que pendant cette période de l’année, les gelées peuvent compromettre la qualité du produit des pépinières, il est nécessaire d’accoster la connaissance analytique du phénomène météorologique à certaines précautions techniques qui rendent la plante plus résistante.

Pour d’autres conseils pour le maintien de la santé et de la beauté de vos plantes, nous sommes à votre disposition avec un agronome interne en mesure de répondre à vos besoins. Écrivez-nous, nous vous répondrons dans un délai de 48 heures.